Expériences
City stories
Offres
Hôtels et destinations
Un avant-goût de Bruxelles
Bruxelles, Belgique
D'une ville qui est capable d'exporter le meilleur chocolat au monde et les choux des Bruxelles (le nom n'est pas un hasard), on peut s'attendre à tout. La capitale belge est une ville de contrastes qui vous laissera un doux souvenir.
Be txikitero, my friend
Bilbao, Espagne
À Bilbao, vous ne trouverez pas des habitués, mais des « txikiteros ». On appelle ainsi les gens qui boivent des txikitos, un petit verre de vin servi dans les bars. Be txikitero, my friend.
De Madrid au ciel (ou du moins c'est ce qu'on dit)
Madrid, Espagne
L'un des dictons les plus populaires du recueil de proverbes madrilène affirme qu'on n'est nulle part mieux qu'à Madrid, exception faite du Paradis. Vu qu'il est difficile de visiter ce dernier, commençons par le premier.
La vieille moderne. Oldie but goldie
Lisbonne, Portugal
Lisbonne est la plus ancienne capitale d'Europe occidentale. Or, elle allie ancienneté et une ambiance on ne peut plus moderne. C'est peut-être parce que la beauté est toujours à la mode. 
Tossa de Mar
Tossa de Mar, Espagne
Pola Giverola est un resort situé entre deux criques magnifiques. L'eau y est turquoise, le sable fin, et c'est à quelques minutes de Tossa de Mar. 
Des offres et des réductions sur mesure. 
On va se l’arracher, my friend
Nos prix sont intéressants ; nos offres le sont davantage. Nous avons d’incroyables réductions conçues pour vous. Cliquez ici pour les découvrir.  Ah ! Et n’oubliez pas de nous laisser votre mail pour être le premier au courant de nos offres, nos évènements et nos ouvertures.
Foodies
À Rome faites comme les Romains, à Bilbao buvez du Marianito
Voir plus
|
Visites incontournables
Visites incontournables
Une pagode parmi les cathédrales
Catégories
Retour
Visites incontournables
Histoire d’une vague
20.03.2021

La meilleure vague gauche d’Europe et l’une des dix meilleures du monde se trouve à Mundaka. Prenant naissance dans l’embouchure de la rivière d’Urdaibai, cette vague, dotée d’une orientation très particulière, est à la fois extraordinaire, exigeante et furieuse. La barre, comme l’appellent les surfeurs, atteint facilement quatre mètres de hauteur et forme des tubes qui vont jusqu’à 300 mètres de long. Elle constitue donc un véritable spectacle, non seulement pour celui qui la chevauche, mais aussi pour le public qui peut admirer la force de la mer depuis le mirador de l’Atalaya.

Mundaka est célèbre pour sa vague, pourtant le village a été sur le point de la perdre. En effet, un projet de Dragados dessiné dans les années 70, qui visait à transformer cette zone en port naturel, menaçait l’estuaire où la vague de Mundaka prend naissance. À cette époque, certes, presque personne ne connaissait la magie de cette vague.

Dans les années soixante-dix, le surf n’était pas encore un sport très répandu en Europe et, internet n’étant pas encore né, les surfeurs parcouraient le monde en quête des vagues dont ils entendaient parler au fil des rumeurs qui circulaient. C’est ainsi qu’un groupe de surfeurs australiens a atterri dans ce village de la côte basque et y a découvert un trésor qu’il a tenté de garder secret. « Tous ceux qui surfaient là savaient que c’était une vague hors du commun, c’est pour ça qu’il y a eu une sorte de pacte de silence entre les locaux et les étrangers, pour empêcher que le reste du monde ne découvre la vague magique de Mundaka », raconte le surfeur Craig Sage dans son livre Mundaka, Surf to live, Live to surf. C. Sage a abandonné son Australie natale pour partir dans une chasse à la vague en Europe du Sud et en Afrique du Nord. Il a trouvé ce qu’il cherchait à Mundaka.

« Nous n’étions jamais plus de cinq ou dix dans l’eau », explique-t-il dans son livre. « Je me souviens que nous étions conscients que nous étions en train de vivre un moment unique ». Et cela a duré de la fin des années 70 au début des années 80 ; à l’époque, seuls quelques surfeurs arrivaient jusqu’à ce village. Les marins de Mundaka étaient un peu réticents lorsqu’ils voyaient arriver des hippies étrangers. Tout a changé en 1977, lorsque deux surfeurs australiens ont sauvé des pêcheurs de la noyade dans l’estuaire. « Cela a marqué un avant et un après dans le village. La nouvelle a été publiée dans le journal et tout le monde en parlait », écrit C. Sage.


Le village a finalement accepté les surfeurs qui venaient de plus en plus nombreux à mesure que la vague gagnait en célébrité. Aujourd’hui, c’est l’une des vagues les plus importantes du monde, mais le petit village, situé dans la Réserve de Biosphère d’Urdaibai est loin d’être envahi.


Certes, on y respire une atmosphère plus internationale et il y a quelques boutiques de surf, mais la barre conserve sa magie. L’un de ces rares magasins est celui de Craig Sage, qui, depuis qu’il est tombé amoureux de cette vague, n’a plus voulu s’en séparer.

C’est fait